Entrepreneuriat

Le ibonkonsaisme ou la procrastination

 

Définition

IBONKONSAISME: vient du créole “i bon kon sa” qui se traduit littéralement par “c’est bon comme ça” et du suffixe “isme” pour désigner une idéologie, qui a été évoquée notamment par le Docteur Aliker*.
Entre procrastination et “se contenter de l'à-peu près”, le ibonkonsaïsme est une pratique que vous avez sûrement déjà rencontré, chez vous ou chez les autres. C’est le fait de se satisfaire d’un résultat que l’on sait médiocre ou en tout cas pas à la hauteur de nos espérances, de nos capacités…
Ex: tu as un dossier à rendre, ça fait des jours que tu es dessus, il te sort par tous les trous, tu as l’impression de ne plus avancer, tu satures. Il ne te reste plus que la conclusion, que tu la bâcles pour enfin en finir en te disant: “ Tchip. Aïe! I bon kon sa!” (les lecteurs antillais ou qui parlent créole, vous voyez de quoi je parle?)
Je ne pense pas que ma définition du ibonkonsaisme corresponde exactement à celle évoquée par Pierre Aliker, qui l’employait notamment pour décrire l’attitude de certains politiques en Martinique. Pour moi le terme qui s’en rapprocherait le plus (sans en être l'exacte définition)  serait, la procrastination, dont je suis malheureusement une adepte (my bad 🙁  ). Mais comme je suis sûre de ne pas être la seule dans ce cas, parlons-en ensemble.

Shop ton CMK

 

 

Les causes les plus fréquentes de procrastination

Alors, des “excuses” on en a plein, mais je vais déjà vous exposer les 10 principales causes de procrastination qui peuvent amener au ibonkonsaisme.

1- Le manque de confiance en soi

“Je n’y arriverai pas...”, “ce n’est pas fait pour moi…”
Le manque de confiance en soi est selon moi une des principales raisons pour lesquelles on reste dans notre zone de confort. Ce manque de confiance s’explique par l’éducation, les valeurs transmises par nos parents, mais aussi par les échecs du passé; ou plutôt notre façon d'appréhender ces échecs.

2- La peur de l’inconnu

Souvent, le manque d’information, le flou, l’inconnu, introduisent le doute et empêchent le passage à l’action. On stagne voir, on abandonne. On reste dans notre zone de confort, sans oser aller vers l’inconnu.

3- La peur de l’effort.

Quand on a un projet et qu’on liste les étapes pour atteindre nos objectifs, on se rend compte des efforts nécessaire pour y parvenir. Cette charge de travail peut effrayer et/ou décourager.
Entrer dans l’action nécessite de donner de sa personne : des efforts physiques et psychiques seront nécessaires, qui peuvent effrayer et décourager les personnes ayant un caractère prudent.

4- La peur de s’engager.

Passer à l’action, c’est un engagement, c’est prendre des décisions et abandonner les autres choix possibles. Ce qui n’est pas toujours facile à vivre.

 

5- Le perfectionnisme.

Le perfectionnisme peut être dû à un manque de confiance en soi ou un désir de tout contrôler. A vouloir que tout soit parfait, on fini par ne rien faire.

6) L’impulsivité.

L’impulsivité c'est la difficulté à structurer ses pensées sur le long terme.

Exemple: Tu viens d'avoir une super idée de projet. Elle t'apparaît comme l'idée du siècle. Tu bosses dessus non stop pendant des semaines tellement tu es emballé. Puis après cette phase d'euphorie,  sans raison précise, tu te démotives et laisse traîner le projet dans un coin de ta tête.

Les personnes atteinteintes dL’impulsivité entraine une succession de phases d’euphorie et de phases de démotivation, à l’image des personnes atteintes de trouble bipolaire.

7) Le manque de temps et les obstacles extérieurs.

Parfois, le ibonkonsaisme est lié à des freins extérieurs, matériels, financiers, ou temporels. Nos projets, notre vie personnelle et familiale, le quotidien, peuvent constituer une charge mentale qui nous poussent à remettre au lendemain.

 

8) Le manque de soutien.

Pour tout projet/choix, le soutien de son entourage est primordial. Pour éviter la pratique du ibonkonsaisme et s'épanouir, il faut bien s'entourer.

9) Le manque de compétences.

Le manque de compétences (ou le manque de recul sur ses compétences). Quand on a des doutes sur ses compétences, on a parfois un blocage qui nous  empêche d'agir.

10) Le manque de récompense immédiate.

La plupart d'entre nous sommes à la recherche de la satisfaction immédiate. Les projets et choix à long-terme résultent rarement sur une récompense immédiate, d'où une tendance à l'abandon.

 

Quelques solutions

pour lutter efficacement contre la procrastination :

●S'informer, se former, permet d'acquérir de nouvelles compétences et ainsi de combler des lacunes et de réduire l'inconnu. En France, on ne met pas en avant les autodidactes, alors il peut arriver qu'on ne se sente pas légitime, d'exercer ou de conseiller dans un domaine, parce qu'on n'a pas de formation, ou parce qu'on n'a pas de diplôme.
● Savoir s'entourer et se faire aider, quoi qu'on en dise, le soutien, la reconnaissance les retours d'expériences des autres est primordial pour l'avancée de nos projets. Je vous en parlais déjà ici.
● S'entourer de personnes bienveillantes, inspirantes.
● Savoir faire le point sur soi. Reconnaître ses défauts et ses qualités. En ce qui me concerne, j'ai beaucoup plus de mal à lister mes qualités, par contre je peux vous citer une flopée de défaut.●Être bienveillant avec soi-même
● Faire un bilan de compétences,
● Ne pas se mettre la pression. Procéder étapes par étapes, pour atteindre des objectifs intermédiaires qui permettent de rendre plus accessible l'objectif final

 

Ma pratique du "ibonkonsaisme"

Si tu t'es retrouvé dans au moins une de ses causes. Je te confirme que tu es, toi aussi, atteint de procrastination et/ou de  ibonkonsaisme.

Mais pas de panique, rien n'est irréversible!

La procrastination est plutôt une cause du ibonkonsaisme. Le ibonkonsaisme ce n'est pas remettre au lendemain, mais plutôt abandonner une tâche/un projet en cours de route et le présenter comme un produit fini. C'est se contenter d'un à-peu-près, d'un résultat inachevé que l'on sait en deçà de nos espérances et/ou de nos capacités.

L'anecdote autour de cet article ne pouvais pas mieux l'illustrer. J'ai eu l'idée de cet article, il y a déjà bien 2 mois. Je voyais déjà comment abordé certains points, j'imaginais déjà les photos qui l'accompagneraient...etc. J'ai fait une trame de l'article, puis j'ai laissé trainer.  Trainé  parce que je ne trouvais pas les bons mots, les bonnes tournures de phrases. Trainé parce que plus aussi motivée, parce que je n'avais pas LA tenue que je voulais, parce que je n'avais pas le temps de faire le shoot ou parce que je n'avais personne pour me prendre en photo.Après ça a été parce que je n'avais pas le temps de traiter les photos, parce que je déménage, parce que je travaille, parce que je suis fatiguée, parce que mon fils est malade, parce que le chien du facteur à manger mon stylo....

Enfin bref,... je pense que tu as compris où je voulais en venir.

On retrouve dans cet exemple presque tous les points abordés précédemment: le manque de confiance en soi, l'impulsivité, le manque de temps, les obstacles extérieurs...etc. et le perfectionnisme.

Dans le cas du perfectionnisme, la pratique du "ibonkonsaisme" n'est pas à voir systématiquement de façon négative et serait même une solution. Dans ce cas, le "ibonkonsaisme, c'est lâcher-prise, se dire qu'on ne peut pas tout contrôler. C'est accepter que tout n'est pas parfait, mais que ça reste quand même qualitatif.  C'est se dire (pour reprendre l'exemple précédent) "ce n'est pas exactement comme ça que je le voyais mais c'est quand même bien. Aller, i bon kon sa (c'est bon comme ça), je le publie!".

 

 

Alors et toi? es-tu atteint du syndrôme du "ibonkonsaisme" ou de procrastination? Que fais-tu pour y remédier?

J'ai hâte de lire tes astuces.

 

Tee-Shirt "I Bon Kon Sa": Shop ton CMK

Photos by Jess.

 

 

4 réflexions au sujet de « Le ibonkonsaisme ou la procrastination »

  1. C’est intéressant que tu rapproches la procrastination avec l’ibonkonsaisme. Je ne connaissais pas ce concept merci pour l’explication et ta vision du concept. Je me retrouve dans ce syndrome lol, je pense que c’est devenu monnaie courante. Les principaux moteurs pour en sortir de mon côté c’est: la motivation, le soutien autour de soi. Je suis d’accord avec le besoin d’avoir des personnes inspirantes et bienveillantes autour de soi. Les retours d’expérience sont bénéfiques pour oser avancer ! Je te rejoins il faut dédramatiser la chose et écarter la pression sont: ça aide à aimer les actions et les efforts qu’on va faire pour atteindre nos objectifs. Apprendre à voir nos qualités et nos défauts, c’est important aussi j’avoue, quand on est sur un projet il faut savoir voir quelles forces on va mobiliser et quels freins il va falloir éliminer. Les obstacles et le manque d’assurance sont vraiment des freins nuisibles, je pense que c’est les facteurs les plus difficiles à enrayer.
    En tout cas c’est bien de parler de ce sujet c’est assumé et ça touche beaucoup de personnes. En parler plus ça peut aider. 😁

    1. Merci beaucoup pour ton retour Lisa. Oui cest bie ma vision des choses. Et jai voulu en parler parce que je sais que je ne ss pas . Merci encore pr ton retour. Si jai reussi a toucher/faire comprendre ma vision à au moins une personne, mon but est atteind 🤗

      1. Je pense que cet article peut toucher bien plus de personnes que moi! 🙂 On est humains donc personne n’est parfait, c’est bien de le rappeler!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *